sport collectif paris

Panam décroche sa place en Eurochallenge

En ce dernier week-end aoûtien, en tant que championnes de France, l’équipe s’est déplacée en terres madrilènes pour disputer les premiers matchs internationaux de son histoire face à deux clubs espagnols : les locales de CDE Floorball El Valle et les championnes d’Espagne de Club Unihockey-Floorball Leganés.

Panam vs El valle : 1 – 11
Nous n’avons pas fait le poids face à des espagnoles plus rapides et plus techniques. Nous avons tout de même su profiter de la seule erreur de la défense madrilène pour ouvrir notre conteur international, et pas par n’importe qui : une de nos nouvelles joueuses très prometteuse, Sophie, qui n’a qu’un 1 de floorball ! Chapeau l’artiste !

Leganes vs Panam : 3-2
Match plus accroché que la veille, nous ouvron le score en deuxième période mais ne parvenons pas à conserver l’avantage et laissont les espagnoles prendre deux buts d’avance en très peu de temps. Une seule faute d’inattention, de relachement suffit pour que les espagnoles prennent la tête. La réduction du score à une minute de la fin offre une fin de match haletante, mais pas assez pour faire plier la gardienne adverse, laissant l’équipe avec beaucoup de regrets.

Panam vs El valle : 0 – 12
Alors que nous pensions pouvoir réduire le score par rapport à la 1ère rencontre, l’équipe d’El valle a augmenté son niveau de jeu et le match dans les jambes du matin pour Panam s’est largement fait ressentir. L’équipe a montré une belle combativité tout de même mais cela n’a pas suffit pour trouver le chemin du filet adverse.

Leganes vs Panam : 7-1
Aïe aïe aïe. C’est un peu la douche froide lorsqu’on prend 4 buts dans le 1er tiers. Que s’est-il passé entre la veille où nous collions au score et ce match ci…Un 4ème match en moins de 48h surement, mais aussi un niveau de jeu beaucoup plus impressionnant des espagnoles comparé au match aller. Panam a tout donné et fini par marquer en fin de match, mais la technique des joueuses adversaires nous aura bel et bien mis en difficulté.

Malgré ces défaites, l’équipe est restée ultra soudée toute la durée du tournoi ce qui a rendu l’ambiance magique. Cet Eurochallenge restera gravé dans nos têtes et nous permet d’appréhender la rentrée avec encore plus de motivation, d’enthousiasme et d’envie de partager encore de très bons moments ensemble.

 

 

Publicités

La Coupe reste à Panam!!

LYON FC 1 – PANAM UNITED 2 – 4 (19 mai 2018)

Gros week-end de floorball à Lyon, rebaptisée pour cette occasion « Capitale des goals », avec pas moins de 3 finales (N1, N2 et Féminine), 2 petites finales (N1 et Féminines) et un barrage d’accession en N1.

C’est donc à la confluence du Rhône et de la Saône que les Panam ont rendez-vous pour l’épilogue de cette saison 2017-2018, face à l’équipe locale LFC 1 finaliste malheureuse lors de la saison précédente.
Durant la saison régulière, Paris avait remporté le match aller 4-3 sans pour autant maîtriser le match, ce à quoi Lyon avait répondu en remportant le match retour 4-1 sur ses terres, terminant première du classement.
Les jaunes et noires s’étaient reprises en remportant de manière autoritaire leur demie-finale contre Rouen (12-3 sur les deux matchs), mais c’est bel et bien LFC1, à domicile, qui part favori au coup d’envoi.

Pourtant, dès le début du match, les parisiennes imposent un rythme et un pressing qui semblent déstabiliser les lyonnaises. Dans les gradins, les supporters qui ont fait le déplacement depuis Paris se font entendre. Après un premier powerplay assez mal maîtrisé (pénalisation de Christel L. pour coup de crosse), Panam United ouvre logiquement la marque (17′, Lyon FC 1 – Panam United 0 -1) grâce à Elodie R. à l’affût sur un tir contré d’Anna B. L’euphorie parisienne est de (très) courte durée puisque Lyon égalise (17′, Lyon FC 1 – Panam United 1 -1) sur un exploit individuel de leur feu follet Pauline B., d’une frappe bien placée au premier poteau. L’ambiance de la Pirate Arena monte d’un coup et le public rhodanien commence à se faire entendre pour pousser leurs filles. Malgré les grosses occasions que les parisiennes arrivent à se créer, le premiers tiers s’achève sur une égalité (1-1).

Les parisiennes reviennent des vestiaires avec les mêmes intentions et une détermination à toute épreuve, enchaînant les occasions. Alors que les esprits commencent à s’échauffer et que les contacts deviennent plus musclés, Panam profite de sa deuxième supériorité numérique du match (Florence T. pour charge incorrecte). Elodie R., laissée seule au deuxième poteau marque sur un tir dévissé de Charlène M. (27′, Lyon FC 1 – Panam United 1 -2). Encore une fois, les lyonnaises réagissent très rapidement par l’intermédiaire de Pauline B. qui exploite parfaitement une perte de balle dans la zone défensive (29′, Lyon FC 1 – Panam United 2 -2). L’égalisation ne semble pas affoler les parisiennes qui restent plus dangereuses que les lyonnaises en attaque et supérieures physiquement en défense, avec le musellement quasi parfait de la MVP du championnat : Christel L.. Alors que Lyon se montre dangereux, Olivia A, après une belle récupération de balle de la défenseuse Aliette DL., remonte le long de la bande et crucifie Lucie T. d’un tir au deuxième poteau plein de maîtrise (36′, Lyon FC 1 – Panam United 2 -3). Malgré deux grosses occasions de Stéphanie HG. coup sur coup, les lyonnaises ne parviennent pas à revenir au score avant la fin de ce tiers (3-2).

L’avantage est donc parisien à l’orée de ce dernier tiers. Lyon revient en jeu avec une présence physique accrue et les parisiennes semblent baisser un peu de régime, ce qui offre aux spectateurs une fin de match haletante! Après plusieurs fautes parisiennes, les arbitres sévissent à moins de 10 minutes du terme et pénalisent de 2 minutes Charlène M. pour coup de crosse. Le boxplay parisien tient, puis c’est au tour des lyonnaises de se faire sanctionner pour une tête de Pauline GG.. Paris ne veut pas revivre un scénario aussi fou que l’année dernière (égalisation à 13 secondes de la fin et victoire en prolongation) et pousse lors de ce powerplay. Les Panamettes sont récompensées par un tir de loin de Charlène M. (57′, Lyon FC 1 – Panam United 2 -4), servie par Anna B., qui trompe Lucie T. totalement masquée. Les lyonnaises sont assommées et les parisiennes conservent la balle, jusqu’au coup de sifflet final.
Paris remporte le match 4-2 et donc le deuxième titre de son histoire, une première pour un effectif 100% français! Malgré une saison en demie teinte et le départ (ou l’arrêt provisoire) de joueuses majeures lors de la saison 2016-2017, les coachs parisiens Josselin D. et Alexi L. ont su tirer le meilleur d’un collectif solide : 5 joueuses sont « meilleures buteuses » avec 9 buts (!), et d’un recrutement hors norme => 5 joueuses de la finale ont débuté le floorball cette année!

C’est donc en beauté que Panam clôt cette saison 2017-2018! Avant de nous quitter pour de (longs) mois d’été sans match, la rédactrice tient à remercier Lolita pour ses corrections ainsi que Ké Brownie pour la publicité ;). A la saison prochaine!

sport collectif paris

Une victoire pour le moral

LYON FC 2 – PANAM UNITED 0 -7 (8 AVRIL 2018)

Dernier match de la saison régulière entre le LFC 2 et Panam United, deux équipes qualifiées pour les play offs.
Le match aller s’était soldé par une nette victoire des parisiennes 9 – 0 (et 41 arrêts pour la gardienne d’alors : Zuzana Kandrikova) à Paris en novembre.

Suite à leur non-match de la veille, les Panamettes sont très motivées pour ce match sans enjeux comptable. Il faut quand même attendre le quart d’heure de jeu pour l’ouverture du score par l’infatigable Annabelle Simonetti, assistée d’Elodie Racine ( LFC 2 – Panam 0-1, 14’05 »). A peine une minute plus tard, Sophie Javoy, jeune recrue parisienne, casse à elle seule le bloc lyonnais et marque de près (LFC 2 – Panam 0-2, 15’10 »). Les lyonnaises se ressaisissent et ferment le jeu pour stopper l’hémorragie. Mais on n’arrête pas Annabelle Simonetti comme ça! L’attaquante parisienne profite d’une passe précise d’Anna K Browne pour alourdir la marque ( LFC 2 – Panam 0-3, 25’55 »). Les parisiennes poussent mais ne parviennent plus à se trouver en attaque, malgré 4 minutes en supériorité numérique (Astrid-Maria Husemann, 36’28 » pour crosse haute et 38’37 », Estelle Auge pour surnombre) précédées par une minute en infériorité (Simonetti, 35’08 », coup de crosse). Les parisiennes restent très sereines en défense grâce notamment à la grosse prestation d’une autre recrue : Viktoria Gunnarsson. Le deuxième tiers se termine sur le score de 3-0 en faveur des parisiennes, qui en veulent toujours plus. Les jaunes et noires vont donner un coup d’accélérateur en début de troisième tiers avec pas moins de trois buts en moins de deux minutes : Annabelle Simonetti assistée d’Elodie Racine ( LFC 2 – Panam 0-4, 42’39 »), Elodie Racine sur une passe de sa capitaine Lolita Rivé ( LFC 2 – Panam 0-5, 43’40 ») et premier but en carrière pour Olivia Alessandrini assistée d’Annabelle Simonetti ( LFC 2 – Panam 0-6, 44’29 »). Ce score de 6 – 0 reflète un peu mieux la physionomie du match, avec la nette domination parisienne sur de courageuses lyonnaises. C’est Anna K Browne qui clôt la marque toute seule ( LFC 2 – Panam 0-7, 57’36 »). Les arbitres accorderont un pénalty peu évident à l’équipe lyonnaise en toute fin de match pour une faute d’Anna K Browne (59’41 »). Cette fois Aure Pecout arrête le tir et valide sa nouvelle « cleansheet » (4ième en tout) pour sa première saison en tant que goalie!

La saison régulière se termine donc comme elle avait commencée : par une victoire nette sur LFC 2. Maintenant, place à la demi-finale contre Rouen les 5 et 6 mai, dans un match (aller-retour) qui s’annonce palpitant avec l’issue incertaine!

sport collectif paris

Les Pirates à l’abordage

LYON FC 1 – PANAM UNITED 4 -1 (7 AVRIL 2018)

Pour ce dernier weekend de saison régulière féminine, match au sommet entre Lyon FC 1, leader du championnat, et Panam United, deuxième avec un match en moins. Lors du match aller disputé dans la capitale, l’équipe locale avait pris l’ascendant et remporté la rencontre 4-3. Les pirates du Rhône avaient donc à cœur de remettre les pendules à l’heure devant leur public, ce match se disputant dans la capitale des Gaules. Ce « classique » du floorball féminin français revêtait un gros enjeux : l’équipe vainqueur finirait première du championnat et affronterait un adversaire plus abordable (Lyon 2) que Rouen, véritable épouvantail, troisième du championnat. A noter : l’absence sur blessure de la meilleure buteuse/passeuse/pointeuse de la saison dernière côté Lyon : Pauline Meneust.

Les parisiennes ont du mal à rentrer dans le match et à se montrer réellement tranchantes, mais le début du match est équilibré, avec une possession lyonnaise malgré des occasions parisiennes plus franches (5 arrêts pour la gardiennes lyonnaise, Lucie Thevenet contre uniquement 2 pour son homologue parisienne Aure Pecout). On se dirige vers un premier tiers vierge, mais les arbitres en décident autrement en accordant un pénalty (généreux) suite à une main involontaire d’Olivia Allessandrini (19’52 »), transformé par Stéphanie Hélot-Gérard (LFC 1 – Panam 1-0). La réaction des Panamettes n’a pas lieu, elles prennent l’eau au début du deuxième tiers. Sur un renvoi rapidement joué, la gardienne du LFC Lucie Thevenet profite de l’inexpérience parisienne pour faire expulser Juliette Roubaud pour deux minutes (22’06 », distance incorrecte). Les lyonnaises ne se font pas prier et sur un décalage initié par Christel Lévrier, Florence Thevenet marque de près (LFC 1 – Panam 2-0, 22’35 »). Moins de deux minutes plus tard, sur un bully en zone défensive mal négocié par Panam, Zuzana Kandrikova enfonce le clou d’un tir de loin (LFC 1 – Panam 3-0, 24’19 »). Les lyonnaises, galvanisées par cette entame de deuxième tiers, pressent plus haut et prennent à la gorge des parisiennes assommées qui ne trouvent pas de solution dans ce tiers. Alors qu’il faut une victoire pour les parisiennes pour espérer éviter Rouen FC en demi-finale, tout est tenté dans le troisième tiers. Encore une fois cette saison, la lumière est venue d’Annabelle Simonetti (LFC 1 – Panam 3-1, 53’41 »), les parisiennes poussent et manquent plusieurs balles de 3-2 dans les minutes qui suivent. Mais c’est finalement Lyon qui clôturera la marque avec un but en cage vide de Chrystelle Poullaouëc (LFC 1 – Panam 4-1).

Les parisiennes n’ont pas su montrer grand chose dans cette rencontre et sont déjà tournées vers le lendemain pour montrer leur réaction avec la rencontre matinale contre le LFC 2.

Cette défaite, combinée à la victoire de Rouen sur Amiens, fige donc les positions de cette fin de championnat :
1 – LFC1
2 – Panam United
3 – Rouen FC
4 – LFC 2
5 – Amiens.
Les affiches des demies finales jouées à Lyon les 5 et 6 mai prochain sont donc connues avec un duel fratricide entre LFC 1 et LFC 2 et Panam United vs Rouen FC.

Rouen – Panam La revanche

ROUEN FC – PANAM UNITED 1-2 (10 mars 2018)

Deux semaines après leur victoire contre Amiens, les parisiennes se déplaçaient en Normandie pour affronter les rouennaises ce samedi 10 mars 2018. Le match aller, disputé en terres franciliennes, s’était soldé par une défaite logique 4-2. Les panamettes avaient donc à cœur de rendre la pareille à leurs hôtes en les battant devant leur public.

Comme chaque match entre ces deux équipes il fût engagé physiquement et plaisant à regarder. Après une mise en route tranquille, sur une action, Panam appuie sur l’accélérateur et ouvre le score par l’intermédiaire d’Annabelle Simonetti, suite à un une-deux avec Charlène Moulin (12’44″, Rouen 0 – Panam United 1). Les jaune et noir laissent la balle au rouennaises, ce qui semble perturber ces dernières qui ne peuvent plus utiliser leur arme favorite (véritable ADN de ce club!) : la louche dans le dos de la défense. Les parisiennes ont les occasions mais ne convertissent pas, avec très peu de tirs cadrés. Malgré le score de 1-0 dans le premier tiers-temps, l’équipe semble maîtriser son match même si les rouennaises sont redoutables en contre-attaque. Dans le deuxième tiers-temps les franciliennes connaissent un véritable passage à vide et font le dos rond en défense, bien aidées par leur goalie Aure Pecout qui s’interpose parfaitement à chaque incursion rouennaise. Les attaquantes ne se trouvent plus et se montrent peu dangereuses devant le but de Marine Delabarre. Malgré tout, Paris résiste dans ce tiers largement en faveur des normandes poussées par un public en feu ! Le dernier tiers du match est stressant pour les coachs parisiens et les contacts plus rugueux entre les joueuses, ce qui a pousse les arbitres à intervenir en accordant une pénalité de 2 minutes à Elodie Racine pour coup de crosse (46’40″). Le boxplay parisien est en place et les rouennaises se font sanctionner à leur tour de 2 minutes de pénalités sur une contre attaque en solitaire de Simonetti (Lydie Marie, coup de crosse, 47’20″). Les équipes se retrouvent donc à 4 contre 4 pendant plus de 1 minute puis Paris se retrouve en powerplay pendant quelques secondes, sans trouver la faille. Mais à force de concéder des actions, ce qui devait arriver arriva avec l’égalisation de Anne Paloume d’une déviation sur un tir de la défenseuse Jessica Poupion  (52’06″, Rouen 1 – Panam United 1).  Les panamettes ne veulent pas laisser échapper la victoire et repassent devant avec un nouveau but d’Annabelle Simonetti sur une passe d’Elodie Racine (54’06″, Rouen 1 – Panam United 2).  Rouen ne veut pas abdiquer et donne tout dans ces dernières minutes, mais les parisiennes tiennent bon et le score ne changera plus jusqu’au coup de sifflet final. Les panamettes repartent donc avec les deux points de la victoire face à des rouennaises redoutables dans un match où les gardiennes ont eu peu de travail mais ont réalisé des arrêts décisifs (12 arrêts Paris vs 13 Rouen).

Il faudra régler la mire pour les attaquantes parisiennes qui affronteront l’ogre lyonnais dans 3 semaines. L’objectif : finir en tête du championnat pour éviter leurs adversaires du jour en demi-finale.

Point stats :

-Ce nouveau doublé permet à la centre parisienne, Annabelle Simonetti (par ailleurs élue femme du match pour son équipe) de devenir la meilleure pointeuse de Panam United, avec 5 buts et 6 passes décisives en 6 matchs cette saison.

-A noter les 50èmes matchs pour Panam United de la capitaine Lolita Rivé et de Annabelle Simonetti. Elles n’ont loupé que 2 matchs depuis la création du club, et celle du championnat en 2011/2012 #assiduité.

CM

Belle victoire contre Amiens

AMIENS-PANAM 0-5 (24 février 2018)

Un mois et demi après la fin de la phase aller, Panam entame un semi-marathon de 4 matchs en 6 semaines par une rencontre contre les Hoplites d’Amiens Féminines. Le match aller en décembre, également disputé en terres picardes, s’était soldé par un 5-0 en faveur des parisiennes. Après la défaite contre Rouen début janvier, les filles avaient pour mission de prendre des points pour ne pas se faire décrocher par Lyon FC1 en tête du championnat.

En l’absence des deux coachs parisiens, c’est Linda Kmeťová qui s’est chargée du coaching. Pour ce déplacement, Panam montre sa profondeur d’effectif avec pas moins de 5 joueuses qui ont débuté le floorball en septembre.

Malgré une très large possession, les parisiennes ne se montrent que très peu dangereuses dans le premier tiers-temps et tremblent à chaque contre-attaque picarde. Le jeu a du mal à se mettre en place et les attaquantes à se trouver. Le fait de ne pas concéder l’ouverture du score constitue un des seuls points positifs de ce début de match. Mais dans les moments de doutes, les panamettes peuvent toujours s’appuyer sur leurs éléments forts : à l’image d’Annabelle S. qui tente un lob astucieux du milieu de terrain dès l’entame de la deuxième période, elle trompe la gardienne amiénoise masquée (1-0, 20’58″). Gonflé par cette ouverture du score, Panam pousse et contrôle la balle. Mais il faudra attendre la fin de cette période pour voir un deuxième but, attribué à la capitaine amiénoise Emma Desmis, contre son camps (2-0, 37’23″). Malgré l’avantage au score de deux buts, les parisiennes restent prudentes et préfèrent intégrer du sang neuf plutôt que de se reposer sur des éléments fatigués. Ces changements dynamisent l’équipe qui finit le match en trombe ! A la 53’31″, l’ancienne ailière reconvertie en centre, Anna K B, trouve la faille d’un tir de loin, profitant du masque sur la gardienne d’une de ses ailières. Les amiénoises, comme au match aller, sont pénalisées de 2 minutes pour surnombre, en fin de match (54’58″). Cette fois-ci, les panamettes sont préparées, et ne laissent pas la défense picarde les perturber, Annabelle S profite d’une passe de Charlène Moulin pour marquer et aggraver le score (4-0, 56’24″). Anna K B remet le couvert à la 58’07″ pour clôturer le score (5-0) comme au match aller. Dans les ultimes secondes, la goalie parisienne Aure Pecout sort un arrêt impressionnant (sans doute l’arrêt de l’année !) pour garder le score en l’état.

Panam United repart donc avec le plein de points et de confiance malgré un début de match en diesel. Pas le temps de se reposer, prochain rendez-vous dans 2 semaines à Rouen !

CM

This is how we celebrate! (click)

WhatsApp Image 2018-02-24 at 22.36.02
Floorball Paris
WhatsApp Image 2018-02-24 at 22.32.08
Floorball Paris

 

PANAM-ROUEN

PANAM-ROUEN 2-4 (6 janvier 2018)

Beaucoup d’enjeux au programme de cette première rencontre : des parisiennes qui veulent clôturer cette phase aller en faisant le plein de victoires pour se mettre dans une position idéale pour les playoffs, et des rouennaises qui veulent se relancer dans la course aux playoffs après un nul frustrant contre Amiens lors de la troisième journée de championnat.

Point indisponibilités : au coup d’envoi c’est l’ancienne gardienne de l’équipe de France, Mélissa Mare-Liversain qui gardera les buts rouennais à cause de la blessure de leur gardienne titulaire, Marine Delabarre. Plusieurs indisponibilités sont a déplorer également côté parisien, avec notamment l’absence de la co-meilleure buteuse du championnat, Linda Kmetova.

Le match débute sur les chapeaux de roue avec le premier but en championnat senior sur contre-attaque pour la toute jeune Hermione Zurcher, sur une passe de sa capitaine, Lucie Liversain-Mare dès la deuxième minute (02’35 », Panam United 0 – 1 Rouen). Pas le temps de célébrer pour les rouennaises (ou de cogiter pour les parisiennes) avec l’égalisation de Charlène Moulin (04’50 », Panam United 1 – 1 Rouen) bien décalée par Annabelle S., qui, avec cette sixième assist de la saison, s’affirme de plus en plus comme la « serial passeuse » de Panam United. Les parisiennes ne sont pas sereines et l’équipe rouennaise ne cesse de faire pression sur la défense des panamettes avec de longues balles envoyées depuis leur camp. C’est d’ailleurs sur une balle mal dégagée côté parisien que Marion Bachelet redonne l’avantage à son équipe ( 17’36 », Panam United 1 – 2 Rouen). L’équipe parisienne a le contrôle de la balle mais ne se montre pas assez dangereuse lors de ce premier tiers très brouillon (seulement 6 arrêts à faire pour la gardienne rouennaise).

Le début du deuxième acte est identique au premier avec une possession parisienne mais une meilleure exploitation de la balle par les rouennaises qui alternent entre jeu long et contre attaques rapides. C’est d’ailleurs sur l’une de ces contre attaques rondement menées qu’elles font le break grâce à Camille Tenière qui ne laisse aucune chance à la gardienne parisienne, Aure Pecout (28’14 », Panam United 1 – 3 Rouen). Panam United tente de réagir mais se précipite et ne parvient pas à se montrer dangereux, malgré des séquences de possession dans la moitié de terrain rouennaise. Fin du deuxième tiers, Panam United 1 – 3 Rouen.

Au troisième tiers, Anna B., héroïne du match contre Lyon 1 en novembre, redonne espoir aux panamettes sur un tir d’abord arrêté par la gardienne rouennaise mais qui lui échappe et franchit la ligne (46’01 », Panam United 2 – 3 Rouen).

L’espoir parisien est rapidement douché par une nouvelle contre-attaque rouennaise qui prend à défaut la défense parisienne (48’40 », Liversain assist Tenière. Panam United 2 – 4 Rouen). Les panamettes ne baissent pas les bras et tentent le tout pour le tout dans les dernières minutes du match, se montrant enfin dangereuses, mais rien n’y fait, la défense et la goalie normandes tiennent bon. (14 arrêts dans le troisième tiers pour Mélissa Mare-Liversain, élue femme du match pour son équipe) !

Le match se solde donc par une première défaite cette saison pour Panam United qui était sur une belle dynamique de 6 victoires de rang. Les championnes de France en titre tombent contre une très belle équipe de Rouen qui s’affirme comme candidate au titre cette saison. La deuxième partie de championnat s’annonce passionnante, avec pas moins de 3 équipes au coude à coude (Lyon 1, 6 pts ; Panam United, 6 pts ; Rouen, 5 pts).

La suite les 27/28 janvier à Amiens avec un match Lyon 1- Rouen qui s’annonce déjà déterminant.

IMG-20180106-WA0014

CM